Sortir du Ring

Pourquoi une websérie ?

Pour creuser les thématiques du film et aller plus loin dans la présentation de solutions existantes, Kamea Meah Films présente la websérie Sortir du Ring. Des formats courts sous forme de vidéo ou d’épisodes sonores, diffusés tous les mois.

Sortir du Ring décortique les enjeux agricoles et alimentaires de notre époque, et montre des initiatives locales contribuant à rendre le système plus durable.

 

Pour ce 4ème épisode de Sortir du Ring, nous suivons l’ornithologue François Humbert qui écoute les oiseaux pour les répertorier. Chute drastique de la population d’oiseaux en milieux agricoles, appauvrissement des sols et faible présence d’oiseaux dans les champs,… il nous alerte sur l’extinction silencieuse qui se produit autour de nous. 

A titre d’exemple, en moins de 20 ans la population du moineau friquet a chuté de 61% en AuRA et de 72,7% en France (source LPO). Le déclin des oiseaux en milieux agricole est bien présent, alors comment prendre soin de notre biodiversité ? Et quelle agriculture pour soutenir le vivant ?

 

 

Pour ce 3ème épisode « Des arbres dans nos vignes », on vous emmène chez deux viticulteurs drômois. Une discussion croisée entre Cyrille Copier, viticulteur à Die (Côté Cairn) et Sylvain Thevenet, viticulteur à Saillans (Domaine Saint Maurice). L’intérêt des couverts végétaux, l’agroforesterie, la biodiversité, le ralentissement de l’eau, autant de raisons qui ont poussé ces deux amoureux des vignes à changer leurs pratiques dans un contexte de dérèglement climatique accru.

Une réflexion partagée sur une approche plus douce, centrée sur la vente locale, l’anticipation du climat de demain avec ses vagues de chaleurs qui grillent les raisins sur place, et le manque d’eau qui fait chuter drastiquement la production. Soutenons l’agroforesterie et l’agriculture du vivant !

 


Ce 2nd épisode est consacré à l’Atelier Paysan. Cette coopérative d’autoconstruction oeuvre à rendre autonome les paysan·ne·s et les fermes pour qu’ils.elles reprennent en main leurs outils de travail. Une réflexion très étayée développée dans leur ouvrage « Reprendre la terre aux machines ». Grâce à des formations, des webinaires et des temps d’entraide, l’Atelier Paysan entend retrouver collectivement une souveraineté technique, une autonomie par l’entraide et la réappropriation des savoirs et des savoir-faire.

Vous découvrirez également le GAEC drômois de la Cavale qui a pu perfectionner ses techniques de maraichage en traction animale grâce à ces outils « fait-maison ».

Alors soutenons l’autonomisation des paysan·ne·s et des fermes !

 

 


La souveraineté alimentaire repose sur le droit de chaque pays et de chacun.e à développer sa propre capacité de produire son alimentation de base, en respectant la diversité des cultures et des produits. C’est ce qu’expérimente au quotidien Les Jardins Nourriciers. Cette association basée à Marignac-en-Diois propose aux habitant.e.s de devenir maraîcher.e.s à leur échelle. Grace à un système de points, chacun.e peut venir cultiver des légumes et en bénéficier à hauteur de son investissement.

Une magnifique fabrique de lien social et d’autonomie ! Et si la résilience alimentaire commençait ici ?